Votre portail de la création d'entreprise

Techniques de créativité pour trouver une idée de création d'entreprise

 

Certaines idées de création d'entreprise peuvent être l'aboutissement d'une réflexion volontaire, structurée et planifiée visant à :

Définir des axes de recherche en fonction de ses savoir-faire professionnels ou personnels, des problèmes rencontrés dans son métier ou dans sa vie privée, de ses désirs ou de ses envies, d'un fait relevé dans l'observation de la vie quotidienne...
Rechercher des idées et pour cela appliquer les techniques de créativité, définies ci-après, à chaque axe de recherche retenu.
Sélectionner certaines des idées émises en les soumettant à l'épreuve de filtres objectifs et subjectifs : durée pour la mise en oeuvre, importance des moyens à mobiliser, compétences nécessaires, etc.
Vérifier l'opportunité de l'idée retenue en cherchant à la valider par la méthodologie de création d'entreprise.

Tout candidat à la création d'entreprise a la capacité d'être créatif pour peu qu'il sorte du cadre habituel de ses références. En effet, les normes existantes ou admises, les habitudes, les règles établies, la rationalité représentent des freins importants à la créativité. Certaines techniques dites « de créativité » permettent néanmoins de s'en affranchir.

Pour mener à bien la démarche initiale de recherche d'idées, il faudra recourir à la technique du "remue-méninges" ("brain-storming") qui pourra être utilisée seule ou dans les autres procédés de recherche d'idées présentés succinctement ci-après.


  Le "remue-méninges" ou "brain storming"

Cette technique consiste - de préférence à plusieurs personnes pour être efficace (5 participants au minimum)  - à produire spontanément le plus grand nombre possible d'idées sur un sujet donné :
- sans retenue,
- sans se soucier dans un premier temps de leur réalisme,
- et en s'interdisant toute critique, toute justification.

Le principe est de donner libre cours à ses pensées et de chercher la quantité d'idées plutôt que la qualité. Les idées les plus fantaisistes sont donc les bienvenues. Il faut rechercher des "associations", des améliorations, des combinaisons avec des idées préalablement émises.
La sélection des idées intervient ultérieurement, lors de la phase de validation (dans le cadre de la méthodologie de création d'entreprise). En effet, on ne peut pas produire des idées et en même temps les évaluer.

D'un point de vue pratique, s'il y a plusieurs participants, l'un d'eux joue le rôle d'animateur et inscrit sur un tableau chaque idée émise, aussi farfelue soit-elle, de manière à ce que tout  le monde puisse lire en permanence ce qui a été dit. Les participants doivent se garder de faire des interprétations, des commentaires ou des justifications ; les critiques ou auto-critiques sont prohibées ! Pour qu'un échauffement, une émulation s'instaure parmi les participants, ce qui favorise la profusion d'idées, les seuls mots prononcés doivent être les idées émises.
L'animateur, tout  en restant neutre, doit s'assurer d'avoir bien compris l'idée énoncée en l'inscrivant au tableau . Au besoin, au bout d'un moment quand le rythme de production d'idées commence à baisser, il doit stimuler le groupe en donnant à tour de rôle, par un simple signe, la parole à chacun. 


  La "Défectuologie"

Cette technique consiste à adopter une attitude très critique - génératrice d'idées - en prenant conscience des insatisfactions existant dans l'usage d'un produit, dans le recours à un service, dans le fonctionnement d'une institution...
Elle doit permettre de chercher à améliorer, perfectionner à l'extrême le sujet étudié.

Cette technique nécessite, au préalable, de faire appel au "remue-méninges" pour :
- recenser tous les défauts, inconvénients ou faiblesses d'un produit ou d'un service,
- les classer en fonction de certains critères,
- puis rechercher des solutions d'amélioration ou de suppression de ces éléments insatisfaisants.

Aspect du produit Forme
 Volume
 Poids
 Design
 Niveau de gamme
 Impression ou sensation procurée à la vue du produit,
 ...
Usage Commodité (mode d'emploi, apprentissage, facilité d'utilisation, ...) 
Dangerosité
 Solidité
 Réutilisation
 ...
Utilité Efficacité : satisfaction totale du besoin ?
 Possibilité d'étendre la satisfaction au besoin en amont ou en aval ?
 Combinaison possible et pertinente avec autre chose ?
 ...
Conditionnement Format adéquat ?
 Packaging adapté ?
 Protection efficace ?
 Recyclage de l'emballage ?
 ...
Accessibilité

Canal de distribution adapté ?
 Lieux de vente bien choisis ?
 Horaires ?
 Souplesse (ex : obligation d'un abonnement ?)
 Délais pour obtenir ou disposer du produit ou service ?
 ...

Prix  Coût adapté ?
 Rente de situation du fournisseur ? 
 Possibilité de réduire le prix ? 
 Transparence et simplicité des tarifs ?
 Autres conditions financières ?
 ...
Conséquences de l'utilisation  Maintenance
 Garantie
 Pollution
 Recyclage
 Problème de déchets
 Consommables
 ...
Autres "défauts"
possibles  

Fiabilité
 Nécessité de détenir une installation /source fixe d'énergie /appareillage...)
 Assujettissement à une réglementation
 Limitation de l'offre à certains types de clients (démocratisation ?)  
 Impossibilité de fidéliser le client
 Service ne pouvant être vendu seul (dépendant d'un matériel, d'un autre service...)
 Image déplorable du produit /service
 Vente limitée à certains milieux (mode de vie, de moeurs...)
 Produit "concurrent indirect" très gênant
 Inconstance dans la qualité du service
 ...

   Télécharger le document de présentation de cette méthode de créativité (en format pdf)

 

 

  Le "Concassage"

Il s'agit d'utiliser une liste de verbes d'action libérant  totalement l'imagination par rapport à l'objet ou le service étudié.

Au préalable, une description précise de l'objet ou du service doit être réalisée en prenant en compte ses aspects technique, fonctionnel et sociologique.
On applique ensuite la technique du "remue-méninges" pour chercher des idées à partir des verbes  : augmenter ; diminuer ; combiner ; inverser ; modifier ; sensualiser (rendre plus excitant).

Cette association entre un verbe et un produit/service permet de favoriser l'émergence :
- d'une idée d'amélioration de ce produit ou service,
- d'une idée de produit ou service de substitution.

Augmenter Augmenter le poids, le volume, les dimensions
Augmenter le prix, la durée d'usage
Rendre l'emploi plus fréquent
Elargir l'usage, le généraliser
Augmenter la signification, la portée sociale
Ajouter des fonctions, des accessoires
Perfectionner, habiller, décorer
Donner un nom, une histoire
Augmenter les qualités, la fiabilité, la beauté, la commodité
Diminuer Opérations inverses aux précédentes
Combiner Avec un objet remplissant une fonction en amont
Avec un objet remplissant une fonction en aval
Avec un objet d'un "voisinage" habituel
Avec un objet qui n'a aucune relation avec celui étudié
Inverser Renverser, mettre le bas en haut
Inverser la structure
Inverser la hiérarchie des fonctions
Inverser l'usage ; Inverser les fonctions
Prendre la chronologie à rebours
Réaliser "l'anti-objet"
Modifier Changer les moments et les lieux de l'usage
Changer l'usage, changer l'usager
Trouver un autre principe de solution
Changer les matières, les formes, les couleurs
Faire ressembler le produit à autre chose
Se servir d'autre chose pour le même usage
Employer une autre source d'énergie
Rendre l'objet mobile ou au contraire immobile
Modifier chacun des composants
"Sensualiser"
(ou au contraire, rendre
plus austère)
Rendre plus excitant pour l'oeil (vue)
Rendre plus excitant pour l'oreille (ouïe)
Rendre plus excitant pour le nez (odorat)
Rendre plus excitant pour la main (toucher)

Ce procédé, mettant en "relation forcée" un problème avec une série de mots riches de signification, fait appel à un autre système de fonctionnement du cerveau : la combinaison.
Des objets ou services "se superposant", par hasard ou non, peuvent donner naissance à de nouvelles idées de produits, services ou principes.

- Là encore, le problème doit, dans un premier temps, être bien posé.
- Il convient alors de choisir, au hasard, trois mots inducteurs dans une liste créée à cette fin.
- La démarche consiste ensuite à analyser les associations d'idées, les jeux de mots, les significations que ces mots inspirent... A travers cette analyse, toutes les possibilités de mises en relation doivent être multipliées avec le    sujet traité.
- Au besoin, on peut recommencer avec une autre série de trois mots, etc.

Consultez un exemple de mise en oeuvre de la technique des mots inducteurs pour imaginer le principe d'un produit nouveau, en cliquant ici.


  Le meilleur moyen de...

Pour atteindre un but, pour mener à bien une réalisation, il y a souvent, dans l'absolu, plusieurs moyens possibles. Le plus habituel, le plus courant, le plus répandu n'est pas toujours le meilleur, loin s'en faut quelquefois !
Là encore, le poids des habitudes, l'appréhension à remettre en cause ce qui "fonctionne déjà", la peur du ridicule, la crainte de choquer peut annihiler notre inventivité.

Une méthode de créativité très simple consiste, pour sortir de cette condition, à :
- prendre un problème, un besoin constaté ou ressenti comme mal satisfait par le marché,
- se poser, à son sujet, simplement la question : Quel serait le meilleur moyen pour .... ?
- rechercher le maximum de solutions possibles et imaginables en faisant appel à la technique du remue-méninges
,
- classer ces solutions et en sélectionner certaines en fonction de leur présomption de réalisme et de faisabilité.

Cette technique permet momentanément de se libérer de toute contrainte en raisonnant dans l'absolu face à un besoin à satisfaire.


  La matrice de découverte

Ce tableau à double entrée permet de confronter, de combiner, de réunir des éléments qui apparemment n'étaient pas appelés à être ensemble. Ainsi, en réalisant des rencontres forcées on peut faire naître de nouvelles idées.
Exemple :

Compétence professionnelle 1

Compétence professionnelle 2 Compétence professionnelle 3 Savoir-faire extra-professionnel
Difficulté observée
Carence constatée
Problème vécu
Désir personnel
...

Pour exploiter cette technique, il faut, tout d'abord, pratiquer
- l'observation  : que ce soit l'observation  de la vie quotidienne (repérage de difficultés ou d' anomalies dans la vie de tous les jours), observation de son milieu professionnel (repérage de carences  ou  de dysfonctionnements dans la "chaîne de production" où l'on se trouve sans qu'il y ait de solution proposée par le marché ) observation générale  (tout ce qui ne relève pas des deux premières formes d'observation).
- la réflexion sur son "projet personnel de créateur" :  mise en évidence de ses motivations et de ses objectifs personnels.


  L'espace de consommation

Pour trouver de nouvelles idées de produits ou de services, on peut également utiliser un tableau intitulé "Espace de consommation". Cet outil permet de définir un produit ou un service existant et vendable selon tous ses critères commerciaux.

La modification d'un des paramètres peut alors donner naissance :
- à un produit nouveau ou à une activité nouvelle,
- à un produit ou un service modifié pour l'adapter à un autre marché.
Ces dernières années, nombre de produits pour adultes ont été adaptés pour toucher le marché des enfants, voire des bambins (ex : console de jeux électroniques pour les petits, dès 18 mois).

Cette technique ne peut s'utiliser qu'à partir d'une activité ou d'un produit existant.

Produit ou service existant

Personnes /utilisateurs

bébé / enfant
adolescent
adulte / personne âgée
actif / retraité...
homme / femme...

Besoins

sécurité / santé
hygiène / calme
gain de temps
information
rentabilité
commodité / confort
nouveauté...

Actions

professionnelles
domestiques
détente / loisirs
repos
alimentation
culture
sport
voyage...

Temps

un moment précis
moment du jour
moment de la nuit
jour de la semaine
mois
saisons...

Lieu

lieu public
habitation
circulation
promenade
travail
jardin
villégiature...

 

Partenaires

Logo Région Guadeloupe
Logo Europe FEDER
Logo République Française