Votre portail de la création d'entreprise

Le capital risque

 

Le capital risque est une forme de financement utilisée pour des projets innovants à fort potentiel de développement.
Il intervient sur la phase d'amorçage c'est-à-dire au moment où l'entreprise se crée pour lancer un nouveau produit, généralement une innovation technologique

  Définition

Le capital risque (venture capital ou VC) est une prise de participation, généralement minoritaire, au capital de sociétés non cotées.
L'objectif principal de cette opération est la réalisation d'une plus-value substantielle lors de la cession des titres détenus par les investisseurs.

 Quand faire appel au capital-risque ?

L'intervention du capital risque nécessite obligatoirement la création juridique de l'entreprise puisqu'elle prend une participation au capital de la société.

triangle.gif Stade :
petit_carre.gif création : recherche et développement du nouveau produit
petit_carre.gif post-création (sociétés de moins de 3 ans) : lancement du nouveau produit
petit_carre.gif décollage du produit innovant

triangle.gif Montant :
Les montants investis peuvent aller de quelques dizaines de milliers d'euros à plusieurs millions. Généralement ils se décomposent ainsi :
petit_carre.gif capital de proximité : de 20 000 à 150 000 €
petit_carre.gif business angels : de 50 000 à 500 000 €
petit_carre.gif fonds d'amorçage : de 100 000 € à 3 000 000 €
petit_carre.gif fonds de capital risque : de 500 000 à 10 000 000 €

 Au stade de l'amorçage, le risque d'échec est grand pour les investisseurs : si l'entreprise ne parvient pas à créer un marché ou à pénétrer sur un marché déjà existant, les fonds investis sont perdus.

 Qui sont les investisseurs (capital-risqueurs) ?

Les investisseurs en capital-risque sont membres de sociétés de gestion, sociétés de capital-risque (SCR), agréées par l'Autorité des marchés financiers (AMF),  qui gèrent des véhicules d'investissement appelés "fonds" avec la compétence d'équipes de professionnels de l'investissement.

Les fonds financent des projets de tailles très variées dans des secteurs également très variés. On trouve :

triangle.gif des fonds d'amorçage destinés à financer par capitalisation les projets en cours d'éclosion.
Bpifrance gère directement un certain nombre de fonds et prend des participations dans des fonds partenaires.

triangle.gif le corporate venture sont des fonds créés par de grands groupes industriels souvent spécialisés et intervenant généralement sur leur propre secteur d'activité
Leurs interventions se situent en phase de création et quelquefois en phase de développement pour des montants généralement supérieurs à 300 000 €.
Ces investissements permettent aux industriels de connaître et de maîtriser toutes les avancées technologiques sur leur marché. L'expertise acquise et la caution offerte par ces grands groupes peut s'avérer utile pour l'entrepreneur.

triangle.gif les business angels
sont des particuliers disposés à investir des capitaux dans des projets leur offrant de réelles perspectives de revente de leur participation.
Un grand nombre de réseaux sont fédérés par France Angels
Pour en savoir plus sur les business angels : lire l'interview de Claude Rameau.

triangle.gif le micro-capital-risque concerne quelques clubs d'investisseurs informels tels que les Cigales (Clubs d'investisseurs pour une gestion alternative et locale de l'épargne solidaire) pour des interventions de petit montant
En savoir plus sur les Cigales : lire l'interview de Jean-Pierre Dumoulin.

triangle.gif le crowdfunding (ou plateformes de financement participatif)
 Plusieurs plateformes proposent à des particuliers des participations dans des entreprises innovantes pour un apport en capital dès 1 000 €.
Parmi elles :
petit_carre.gif Smartangels
petit_carre.gif Strateggys

 Comment faire appel au capital risque ?

petit_carre.gif avoir un projet solide et réaliste s'appuyant sur une équipe compétente
petit_carre.gif rédiger un business plan montrant que le projet répond à une vraie demande du marché
petit_carre.gif évaluer son besoin de financement et le chiffrer de manière précise
petit_carre.gif contacter plusieurs investisseurs ou faire appel à des "leveurs de fonds" et leur communiquer le business plan

  Comment les capitaux riqueurs interviennent-ils ?

triangle.gif Entrée au capital

Les capitaux risqueurs entrent au capital en souscrivant soit :
petit_carre.gif des actions ordinaires,
petit_carre.gif des actions à dividende prioritaire ou assorties de "bons de souscription d'actions" (ABSA).
soit en accordant des avances en compte courant d'associé.

Leur rémunération est  essentiellement la plus-value réalisée lors de la revente de leur participation.

triangle.gif Sortie du capital

Le capital risqueur n'a pas pour vocation à rester éternellement dans l'entreprise. Son intervention est ponctuelle et limitée dans le temps.
La sortie peut se faire par :
 la réduction ou l'amortissement du capital,
 le rachat des titres par les associés initiaux à un prix convenu,
 la revente des titres à un groupe industriel ou financier,
 la revente à une structure de capital-développement,
 l'introduction en Bourse

 Quelques conseils

 Le choix d'un investisseur dépend de plusieurs critères :

petit_carre.gif le stade d'intervention : amorçage ou développement ?

petit_carre.gif les montants minimum et maximum accordés. Il est inutile de contacter un fonds intervenant à partir d'1 million d'euros alors que le besoin en investissement de l'entreprise est estimé à 200 000 €.

petit_carre.gif le secteur d'activité. De nombreux fonds sont spécialisés ce qui permet à l'entreprise de bénéficier d'une certaine expertise et d'adresses utiles de la part des investisseurs.

petit_carre.gif la localisation géographique : certaines structures interviennent uniquement à l'échelle locale

 A qui s'adresser ?

petit_carre.gif Afic (Association française des investisseurs en capital)
petit_carre.gif France Angels  
petit_carre.gif Fédération nationale des Cigales

  Opérateurs privés spécialisés en recherche de fonds (leveurs de fonds) :

petit_carre.gif Association Leonardo
petit_carre.gif Chausson Finance
petit_carre.gif MGT
petit_carre.gif Finance et Technologie
petit_carre.gif Multeam
petit_carre.gif Aelios Finance
petit_carre.gif Smartangels
petit_carre.gif Strateggyz

Et sur le "terrain" se rapprocher :

- des collectivités locales : services économiques du conseil régional, du conseil général.
- des chambres consulaires : Chambres de commerce et d'industrie et Chambres de métiers et de l'artisanat.
- des organismes de développement économique local.

Le point de vue du banquier

Le capital-risque permet aux jeunes entreprises innovantes, qui démarrent leur activité et ont un potentiel de croissance, d'augmenter leurs fonds propres. Le créateur d'entreprise obtient ainsi des fonds, sans demande de garantie, à un stade de développement où il est souvent difficile d'obtenir des prêts bancaires.
L'augmentation des fonds propres consolide la structure financière de l'entreprise sans l'endetter. Le créateur offre ainsi un gage de sécurité à ses créanciers. En effet, un banquier sera plutôt bien disposé à soutenir financièrement une entreprise ayant un bon niveau de fonds propres.
Auprès des "business angels", qui sont pour certains d'anciens chefs d'entreprises, le créateur trouve un soutien moral et financier, mais aussi des conseils d'experts dans l'organisation et la gestion quotidienne de son affaire.
Avec le capital risque, il bénéficie d'accompagnement, de conseil et d'un puissant effet de levier financier.
Dans les régions, les Banques Populaires s'appuient sur l'expertise de Banque Populaire Création, société de capital risque du Groupe Banque Populaire. BP Création intervient, après l'amorçage, lorsque l'entreprise conquiert ses premiers clients, pour des investissements de 50 à 300 K€.

Michel Duvallet, Naxicap Partners, Banque Populaire Création
www.naxicap.fr

 

Partenaires

Logo Région Guadeloupe
Logo Europe FEDER
Logo République Française