Votre portail de la création d'entreprise

Prévenir, traiter les difficultés


Un nouvel entrepreneur doit être conscient des difficultés qu'il risque de rencontrer tout au long de son activité, et s'informer, lorsque tout va bien, des procédures qui lui permettront de réagir à temps et à bon escient en cas de problème.
Une bonne information permet souvent d'éviter que des difficultés passagères se détériorent.

Pour évaluer l'importance de ces difficultés, voir les outils d'auto-diagnostic proposés par le CIP :
- auto-diagnostic du CIP pour les TPE et PME
- auto-diagnostic simplifié du CIP pour les TPE

  Un organisme à connaître : le Centre d'information sur la prévention (CIP)

Les CIP sont des associations composées de professionnels bénévoles :
- sensibles aux problèmes économiques que peuvent rencontrer les entreprises,
- soucieux d'aider les chefs d'entreprise et de leur faire prendre conscience de ce que l'anticipation des difficultés est le meilleur moyen de sauver les entreprises,
- désireux de faire connaître les outils de prévention offerts par la loi.

Leur rôle est de vous informer
sur les dispositifs prévus par la loi pouvant vous aider à faire face à des difficultés.
que vous pouvez utiliser pour prévenir ou traiter les difficultés que vous pouvez rencontrer pour prévenir ou traiter les difficultés des entreprises.Les CIP ont été constitués pour informer les entrepreneurs et les orienter vers les solutions existantes.
Ils mettent à leur disposition une importante
base documentaire qui présente plus de 50 fiches pratiques et outils sur les trois thèmes de la prévention : anticipation, détection et traitement des difficultés.
En savoir plus sur les CIP

Les CIP ont mis en place les "Jeudis de la prévention" qui permettent aux entrepreneurs de rencontrer un professionnel de la prévention. Ces entretiens sont organisés au sein des conseils régionaux de l'Ordre des experts comptables.

  L'assurance santé de l'entreprise

Dès les premiers signaux d'alerte de la dégradation de la santé financière de son entreprise, le dirigeant doit recourir aux services "d'experts de crise" : experts-comptables, avocats, mandataire ad hoc, conciliateur, ...
Mais cette démarche a un coût... qui contraint souvent l'entrepreneur à rester isolé et à affronter seul ses difficultés.

Conscient de cette difficulté, le Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptable a initié le "contrat d'assurance santé entreprise" qui permet au dirigeant de satisfaire son besoin de conseils et d'accompagnement par la prise en charge des honoraires des experts de crise.

La prime, différente selon les compagnies d'assurance, ne dépasse pas 120 euros par an pour les entreprises individuelles et le plafond de garantie peut atteindre 6 000 euros.
Pour les sociétés, la prime est fonction du chiffre d'affaires et elle inclut la Responsabilité civile mandataire social (en cas de condamnation du dirigeant).

En savoir plus sur cette assurance

  Des impayés ?

Courriers, mises en demeure, procédure d'injonction de payer... l'important est de réagir aux impayés et de ne pas laisser la situation se dégrader.

Dominique Desgoutte

"Le risque d'impayé (ou risque client), est aujourd'hui la première cause de défaillance des entreprises. Or "l'impayé n'est pas une fatalité" : si l'entreprise a pris un certain nombre de précautions de bases avant de s'engager, si elle gère ses encours clients de façon préventive, et si elle réagit rapidement en cas de problème, elle est en mesure de réduire ce risque de manière significative..."
Lire l'interview de Dominique Desgoutte


  Des difficultés de trésorerie ?

Différents moyens ont été mis en oeuvre pour permettre de mieux détecter les difficultés d'une entreprise et notamment des procédures d'alerte.
En cas de difficultés, des procédure de traitement amiable peuvent être actionnées : mandat ad-hoc ou règlement amiable.

"Il est primordial de ne pas confondre "chiffre d'affaires" et "rentabilité". Ce sont deux notions totalement différentes. On ne le répètera jamais assez : une entreprise peut avoir un bon produit, une clientèle identifiée, un bon emplacement, ... et se retrouver en difficulté uniquement par manque d'anticipation des décalages de trésorerie..."
Lire l'interview d'Olivier Robert

Découvrez le guide réalisé par l'Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG) : Comment procéder face à une difficulté de trésorerie ? Quel organisme contacter, à quel moment ?


  Des pertes en capital ?

Une procédure prévue et réglementée par le code du commerce doit être mise en place.


  Des difficultés plus graves entraînant une cessation des paiements ?

Là encore il faut réagir rapidement et procéder à ce que l'on appelle couramment un "dépôt de bilan", c'est à dire saisir le tribunal de commerce pour ouvrir une procédure collective

 

Partenaires

Logo Région Guadeloupe
Logo Europe FEDER
Logo République Française