Votre portail de la création d'entreprise

Financer son développement

L'entreprise est désormais lancée et doit faire face à de nouveaux défis :
 les commandes s'accumulent et le besoin en fonds de roulement (BFR) augmente,
 des projets de développement voient le jour et le manque de ressources propres se fait ressentir...
La recherche de solutions s'impose pour financer au mieux la croissance de l'entreprise.

Face à chaque problématique, il existe des solutions financières qu'il est important de connaître :
 les crédits d'exploitation à court terme, pour financer le cycle d'exploitation de l'entreprise,
 les prêts bancaires à moyen et long terme, pour financer les investissements (acquisition de machines par exemple),
 le capital-risque lorsque le renforcement des fonds propres de l'entreprise s'impose.

 bon_a_savoir.gif Conseil : pour mieux utiliser les informations données il est utile de revoir quelques règles  de gestion.

 Les crédits d'exploitation

Les crédits d'exploitation (ou "crédits de fonctionnement") sont des formules de financement adaptées aux problèmes de trésorerie de l'entreprise dans son activité quotidienne. 

Bien souvent les jeunes entreprises sont confrontées au problème du financement de leur besoin en fonds de roulement (BFR).
Souvent négligé par les créateurs en phase de démarrage, le BFR s'accroît  au cours des premières années d'activité. Une commande importante à honorer, des délais de paiement qui augmentent... et la trésorerie "voit rouge" ! Des solutions spécifiques peuvent donc être négociées avec la banque pour éviter les situations dangereuses. Toutefois la situation difficile ne doit être que passagère : c'est pourquoi ces solutions ne sont prévues que sur le court terme (1an maximum).

Escompte bancaire

C'est la possibilité pour l'entreprise de percevoir immédiatement la majeure partie d'une créance due par un client. 
Modalités : le client signe un effet de commerce à partir duquel la banque versera la somme inscrite déduite des frais et agios.

Cession Dailly

C'est un transfert de créances. L'entreprise "vend" ses créances clients à un organisme financier.
Modalités : l'entreprise rédige un bordereau sur lequel elle précise l'ensemble des créances cédées et reçoit la somme correspondante moins les frais

Affacturage

C'est également un transfert de créances à un organisme spécialisé qui se charge de les recouvrer et fait l'avance àl'entreprise de leur montant diminué d'une commission.
Modalités : l'entreprise s'adresse à une société d'affacturage avec laquelle elle signe un contrat de recouvrement de créances

Facilité de caisse

C'est une possibilité de découvert bancaire de très courte durée pour des décalages ponctuels entre les entrées et les sorties de trésorerie de l'entreprise
Modalités : l'entreprise signe avec sa banque un contrat écrit d'autorisation de découvert

Découvert

Il est d'une durée plus longue que la facilité de caisse et complète le fonds de roulement de l'entreprise temporairement insuffisant.
Modalités : l'entreprise signe avec sa banque un contrat écrit de découvert

Crédit de campagne

C'est une avance faite par la banque sur les recttes futures d'une entreprise dont l'activité est saisonnière lui permettant de combler des décalages importants de trésorerie.
Modalités : l'entreprise signe un contrat écrit avec sa banque précisant les modalités de fonctionnement (durée, montant, intérêt, etc.)


grosse_fleche.gif Crédits bancaires de moins de 25 000 €
Le Conseil supérieur de l'Ordre des expert-comptables (CSOEC) a signé une convention avec 5 banques pour faciliter l'obtention de crédits bancaires de moins de 25 000 € visant à faire face à un accident de trésorerie, à faciliter l'embauche d'un nouveau salarié, à financer son adaptation au poste de travail, etc. Ces banques sont :
- LCL
- Les Banques Populaires
- Le Crédit du Nord
- La Fédération du Crédit Agricole
- Les Caisses d'épargne

En cas de demande de crédit effectuée par votre expert-comptable auprès d'une de ces quatre banques, cette dernière s'engage :
- à vous répondre sous 15 jours,
- à motiver un éventuel refus.

L'expert comptable apporte son assurance modérée en validant les hypothèses ayant permis de constituer votre dossier de prêt. Cette validation permet de rassurer la banque et de garantir la crédibilité de vos prévisionnels
En savoir plus et télécharger le dossier de demande de financement modélisé 

  Les chefs d'entreprise rencontrant des difficultés avec leur banque pour résoudre leurs problèmes de financement ou de trésorerie peuvent également  s'adresser au médiateur du crédit aux entreprises.

 Les financements bancaires

Les prêts bancaires à moyen et long terme sont couramment utilisés pour financer :
- de nouvelles acquisitions,
- des projets de développement.

Prêt bancaire

Il finance l'achat d'immoblisations (matériel, machines-outils, véhicules, locaux, droit au bail, fonds de commerce; etc.)
Modalités : après accord, l'entreprise signe un contrat de prêt avec sa banque

Crédit bail mobilier

Il finance la location de matériel, machines, véhicules dont l'entreprise devient propriétaire en fin de contrat.
Modalités : l'entreprise signe un contrat de location avec un organisme de crédit-bail

Location financière

Elle permet à une entreprise de disposer de nouveaux biens de production sans avoir à les acheter.
Modalités : l'entreprise signe un contrat de location

Crédit bail immobilier

Il finance la location avec option d'achat de tout bien immobilier à usage professionnel : à construire, neuf ou d'occasion (à l'exception des constructions spécifiques).
Modalités : l'entreprise signe un contart de location avec option d'achat

grosse_fleche.gif Pour aider les chefs de TPE/PME à mieux présenter leur demande de prêt bancaire, la Médiation du crédit a réalisé un guide pour constituer un bon dossier.
Suivre cette démarche avec sérieux et professionnalisme est un moyen d'augmenter les chances d'aboutir à une réponse favorable de la banque. Télécharger ce guide

 Le capital risque

Les entreprises nouvelles qui se sont positionnées sur des créneaux porteurs ou qui développent des produits, des services ou des procédés totalement nouveaux, doivent faire face à des croissances exponentielles nécessitant d'importants apports financiers.

A ce niveau, le capital risque peut apporter les moyens de soutenir cette forte croissance de même que le financement participatif (crowdfunding)

  Cette solution suppose de laisser entrer au capital de la société des investisseurs qui en sortiront quelques années plus tard après avoir vendu au mieux leurs titres.

Le conseil de l'expert-comptable

Vous avez un projet de développement ?
Important ! Demandez (par écrit) à votre agence bancaire la note qui détermine votre capacité de financement. C'est un droit qui ne peut vous être refusé, depuis la loi tendant à favoriser l'accès au crédit des PME du 20 octobre 2009 (loi Brunel).

Cette note est favorable ? Vous ne devriez pas dans ce cas rencontrer de difficultés pour accéder à un financement bancaire.

 Elle est un peu juste ? Prenez rendez-vous avec votre banquier pour essayer de négocier une amélioration de cette note.  N'hésitez pas à cette occasion à vous faire aider par votre expert-comptable.

 Elle est défavorable ?  Vous aurez du mal à accéder aux modes de financement traditionnels. Recherchez des solutions alternatives :
-  augmentation de vos fonds propres, en utilisant par exemple la plate-forme d'intermédiation de BpiFrance (ex-Oseo)
-  aides publiques : pour les identifier, voir la base Semaphore des chambres de commerce et d'industrie et l'Observatoire des aides aux entreprises de l'Institut supérieur des métiers (ISM)
-  sollicitation des FIP (Fonds d'investissement de proximité)

Agnès Bricard
Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables

 Télécharger le Guide des missions de l'expert-comptable en financement de l'entreprise, contenant notamment une cartographie des acteurs du financement privé et public

Guide du financement experts-comptables

Partenaires

Logo Région Guadeloupe
Logo Europe FEDER
Logo République Française